Martine Beaulieu
février 15, 2017

À quelle source s’abreuve le coach pour continuer de progresser?

Martine Beaulieu, MCC

Afficher le profil
  • Partagez cet article
  • A A

Pratiquer l’art du coaching, c’est ouvrir la voie de tous les possibles en donnant le privilège à nos clients de grandir en engageant tous leurs sens, énergies et talents.

En tant qu’acteurs de transformation, nous sommes fascinés par ce trésor de possibilités que recèle la transformation chez l’être humain et par le pouvoir amplifiant de l’expérience du coaching.  En revanche, qu’en est-il de notre motivation à explorer la nature intrinsèque de notre source ?

Cet article vous propose de jeter un regard lucide sur votre façon d’animer votre goût du dépassement et de voir plus clair sur la condition interne qui dirige les actions que vous posez dans votre vie.

Décrites très succinctement, les trois approches présentées invitent à l’exploration de ce qui inévitablement nous relie à l’Écoute et au regard silencieux des choses.

Trois pistes d’exploration pour découvrir ses angles morts

La perspective trinitaire  préconisée par Totila Albert, philosophe et artiste chilien, est une approche réflexive qui propose de faire l’expérience de notre sentiment d’unité profonde en développant le goût de « Croître en humanité » afin de se connecter à son Humanité profonde.

Telle que décrite par Alain Gauthier, pionnier de l’intelligence collective, membre actif de l’Association Sol France et du Club de Budapest, cette approche constitue  une manière d’entrer en relation avec soi par l’entremise de nos trois cerveaux.  Le premier, le Père Intérieur est lié à l’intellect (clarté, vision, discernement) tandis que le second, la Mère Intérieure, réfère au cœur et aux émotions (amour, compassion, courage); quant au troisième, l’Enfant Intérieur, il est associé au ventre (intuition, présence, ancrage) et il commande l’action. 

Totila Albert affirme que l’intégration et le rééquilibrage en permanence de ces trois centres énergétiques contribuent pour une large part à la réalisation du Soi et constituent une condition essentielle au développement de l’authenticité de l’individu. L’harmonisation des trois cerveaux assure à l’individu une  base équilibrante favorisant un meilleur partage entre les valeurs dites masculines (Yang) et féminines (Yin). 

Entrer dans une telle authenticité d’être est un facteur clé pour nourrir sa condition intérieure et faire émerger un état de vitalité et de cohérence amplifiées. Le dialogue intérieur, rendu possible, favorise un éveil des différentes facettes de son être, coexistant en soi, en leur donnant la parole et en les écoutant plutôt qu’en les réduisant au silence.

Le Triple lien d’Abdennour Bidar

La deuxième approche est celle du Triple lien, préconisée par Abdennour Bidar : lien à soi, aux autres et à la nature.

Dans un essai riche et sensible, Les tisserands. Réparer ensemble le tissu déchiré du monde, Bidar se fait ardent défenseur de la paix, arborant des valeurs fortes d’engagement, de générosité et d’harmonie,  lesquelles sont appuyées par des actions concrètes dans le groupe Sésame qu’il a fondé.  Il insiste sur le rôle que doit jouer l’homme pour nourrir des liens de partage et d’entraide dans sa collectivité. Il recommande de cultiver en permanence le Triple lien si nous voulons continuer à évoluer non seulement en tant qu’être humain mais en tant que société.

Bidar nous amène à réfléchir sur la conscience du TOUT. À savoir que chaque petit geste compte sur l’ensemble du noyau et que nous ne pouvons faire abstraction du fait que ce même noyau est d’abord en nous. Le Triple lien interpelle d’abord l’individu pour l’inviter à créer ce lien intime avec soi et surtout à en prendre soin. La vision de l’auteur se traduit comme ceci : « l’urgence cruciale de recréer tous les liens nourriciers de la vie humaine, les 3 liens : le lien à soi, avec son moi profond, le lien de fraternité et de coopération avec les autres, le lien d’émerveillement et de méditation à la nature ».

L’interdépendance est partout. J’ose avancer que là où nous sommes, nous laissons toujours une part de nous.

Mettre de la vie dans la vie !

Enfin, la dernière approche présentée est celle développée par Otto Scharmer, fondateur du Presencing Institute et président fondateur d’ELLIAS (Emerging Leaders Innovate Across Sectors). La démarche en U pour apprendre à saisir le futur en émergence. L’essentiel de sa recherche porte en grande partie sur la capacité de l’homme à toucher à son authenticité et au sens de son Moi profond.

Le processus exige d’ouvrir les voies du trio ESPRIT- CŒUR- VOLONTÉ et de faire taire nos trois  grandes voix ennemies : jugement, cynisme et peur.  La présence-en-action, communément appelé le presencing, néologisme issu des mots anglais presence & sensing, est associé à un état de présence et d’attention accrues. Connecté à la source vitale, le leader peut ainsi toucher à sa connaissance fine,  trouver un sens à sa vie, reconnaître sa voie, son métier et y trouver sa véritable authenticité.

Ses recherches lui ont permis de découvrir la nature de la condition interne des intervenants qui produisent de la transformation et de mieux comprendre à quelle source ils s’abreuvent  pour créer du changement dans leur environnement, en plus d’accéder à une meilleure prise de décision. Le creux du U, cet espace de fissure où le futur s’apprête à faire émerger le nouveau, est en réalité le tremplin où se révèlent le Moi profond, le sens de l’utilité et le lieu où l’homme prend action dans sa vie. Il est arrivé au constat qu’une connexion profonde et intime avec soi ne peut se faire qu’en mariant  intention et présence attentive à celle du ressenti. Le « Presencing » est cette conscience dans l’instant qui nous apprend qu’un futur veut émerger. Un espace-temps où l’innovation amène la création d’un avenir meilleur.

Selon Scharmer, l’énergie découle de l’attention que l’on porte aux choses. Il dit également que l’homme ne progresse qu’au prix d’un profond engagement.

À chacun d’ouvrir son chemin

En conclusion, voici quelques questions pouvant éclairer la source de vos actions.

  • Que suis-je en train de reproduire lorsque je constate que les résultats que j’obtiens comme coach ne sont pas ceux que je souhaiterais voir arriver…?
  • Le vieux moi et le MOI porteur d’avenir seraient-ils en résistance ?
  • Dans votre vie et votre travail, quelles sont les situations, les pratiques et les activités qui vous relient le mieux à vos sources profondes d’énergie et d’inspiration ?

« Toute découverte vient d’un profond cheminement intérieur ».      

- W. Brian Arthur

Références bibliographiques -

Bidar, A., Les Tisserands. Réparer ensemble le tissu déchiré du monde, Éd. Les liens qui libèrent, 2016

Gauthier, A., Le co-leadership évolutionnaire, pour une société co-créatrice en émergence, Éd. HDiffusion, 2013

Scharmer, O., La théorie U, renouveler le leadership. Inventer collectivement de nouveaux futurs, Éd. Yves Michel, 2016

Autres articles intéressants

D'où proviennent les actions de nos leaders?

mars 15, 2013

Je les amène à réfléchir non seulement à ce qui a bien marché dans le passé, mais bien plus à ce qui pourrait marcher « SI »… [...]

Innovation collaborative

novembre 15, 2016

L’auteur nous livre quelques-unes de ses réflexions personnelles liées à sa grande passion : l’apprentissage et l’innovation en réseau collaboratif. [...]

À quelle source s’abreuve le coach pour continuer de progresser?

février 15, 2017

Cet article propose de jeter un regard lucide sur notre façon d’animer notre goût du dépassement. [...]